Elhamidia.fle *El-kala*
soyez les bienvenus


Education.Enseignement du FLE en Algerie 
AccueilPortailCalendrierS'enregistrerConnexion

Croire en la nature bonne de l’enfant et cultiver le « bon » chez lui

NEDJMA
Sujets similaires

.: Nos visiteurs :.

traduction elhamidia
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 137 le Mer 16 Nov - 20:47
Derniers sujets
» Devoir n°01 du 2ème trimestre 2AM
Sam 11 Fév - 19:22 par Mountaha

» Devoir n°3 1AM
Mar 24 Jan - 13:08 par sigsig

» devoir n1 2e tr
Lun 23 Jan - 0:30 par bertouche

»  Fable:Le cheval et le cochon........
Mar 10 Jan - 10:50 par GUELMI17

» fiches de 3 AM / projet 1
Sam 24 Déc - 22:13 par hafida

» besoin de la progression 1am 2016/2017
Mer 14 Déc - 19:41 par mazmaz

» composition du 1er trimetre 4AP
Jeu 1 Déc - 16:18 par BENCHERAB

» FICHES PÉDAGOGIQUES 1 ère A.M
Dim 27 Nov - 0:50 par razik

» devoir n2 1am
Mer 16 Nov - 19:15 par bertouche

» devoir n2 1am
Mer 16 Nov - 19:15 par bertouche

votez pour nous
OpenTop - le Top du Web
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Statistiques
Nous avons 22687 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est racha06

Nos membres ont posté un total de 9900 messages dans 3436 sujets
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de Education-Enseignement sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Elhamidia.fle *El-kala* sur votre site de social bookmarking
Programme utiles
 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 
Sujets les plus actifs
Utilisation de l'arabe en classe de français
Documents importants pour la 3AM 2012/2013
Nouveau Manuel de l'élève de 3AM + Guide du professeur de 3AM
expressions françaises
demande de l'aide
test d'évaluation diagnostique2AM
Les nouveaux projets de 4 année pimaire 2010-2011
Projet 1 S4 de 2ème A.M.
Nouveau Programme de français -1AM- version juin 2013
P1, S3, 3 A.M

Partagez | 
 

 LE VOCABULAIRE DU FANTASTIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nedjma
Admin
avatar

Messages : 510
Réputation : 40
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: LE VOCABULAIRE DU FANTASTIQUE   Mer 5 Mai - 13:45

Quelques points de vocabulaire..
ATTENTION.
Un même mot, plusieurs aspects.

Ce livre est fantastique !
Voler? Voilà une idée bien fantastique.

La licorne est un animal fantastique !
Le Horla est une nouvelle fantastique.
Dans la première phrase, fantastique signifie extraordinaire. C’est un adjectif positif. Sa valeur est redoublée par la phrase à la forme exclamative.
Dans la seconde phrase, fantastique a une valeur péjorative. L’idée paraît iréelle et peu probable.
Dans la troisième phrase, la licorne appartient à l’imaginaire. Fantastique est donc l’appartenance à un univers imaginaire, mythologique
Dans la quatrième enfin, c’est un REGISTRE. La nouvelle provoque un effet particulier chez le lecteur : effroi, peur, doute, hésitation par exemple.
*
* *
Le merveilleux, c'est le surnaturel accepté. Le lecteur ne se pose pas de questions sur un monde régi par ses propres lois. Personne ne s'étonne donc d'animaux ayant la parole.

Dans l'étrange, le surnaturel n'est pas accepté. On tente de l'expliquer grâce à la raison ou à la science. La dame blanche par exemple apparaitrait lors de mauvaises conditions météorologiques : Pas de fantômes, juste du brouillard.

Dans le fantastique, enfin, le surnaturel n'est pas accepté. Néanmoins, on ne trouve pas réellement d'explications. Le lecteur a donc un doute, une hésitation. Le fantastique invite le lecteur à se poser des questions de type existencielles. Qu'y a t'il aprés la mort ? La science peut elle tout expliquer? Sommes nous réellement seuls?

*
* *
Dans Le Horla de Maupassant, le lecteur ne sait pas comment interpréter le surnaturel.
Si le lecteur choisit d’admettre que le Horla est un fantôme, un être issu de l’au delà, nous basculons dans le MERVEILLEUX puisqu’on accepte le surnaturel.
Si le lecteur choisit d’expliquer scientifiquement Le Horla ( par la folie, ou la maladie ) nous basculons dans l’étrange puisqu’on explique le surnaturel.
Le fantastique , c’est cet ENTREDEUX , entre le merveilleux et l’étrange.
Le fantastique provoque l’effroi, le doute, l’hésitation.
Le fantastique a un point commun avec l’étrange et le merveilleux : LE SURNATUREL
Revenir en haut Aller en bas
MEHDI
Admin
avatar

Messages : 161
Réputation : 15
Date d'inscription : 17/04/2010
Age : 46
Localisation : el kala

MessageSujet: Le fantastique   Mer 5 Mai - 15:30

Le fantastique



Introduction :
Longtemps considéré comme genre facile, du domaine de la paralittérature – même si les plus grands auteurs des XIXe et XXe siècles l’ont pratiqué -, le fantastique connaît aujourd’hui un regain d’intérêt alors qu’il n’y a pas si longtemps, on le disait mort sous le coup de la science-fiction.

Définir le fantastique :

Si nous regardons au dictionnaire, la définition du fantastique est la suivante :

Fantastique : Se dit d’une œuvre littéraire, artistique ou cinématographique décrivant l’irruption du surnaturel et de l’irrationnel dans la réalité quotidienne.

La définition nous permet donc de comprendre qu’au départ d’une situation initiale « normale » se succèdent des événements étranges, insolites, bizarres.

Caractéristiques du genre :

1. Les éléments constitutifs :

La littérature fantastique relève de la fiction, ce qui signifie que l’auteur et le lecteur savent que les événements racontés sont imaginaires.
Le récit est souvent écrit en « je » ; les « non personnes » sont importantes et décrites de manière vague (il, la chose, quelque chose…) ; le vocabulaire fait souvent appel à des croyances anciennes, des personnages mythiques.
La peur est le moteur de la narration. Elle provient de l’incertitude de la présence du danger et est provoquée par l’apparition d’un événement en apparence surnaturel dans un univers qui ne connaît que les lois naturelles.
Le lecteur hésite alors entre une explication rationnelle des événements et une explication surnaturelle. Cette hésitation est également ressentie par un personnage dont le lecteur devient le relais. Tous deux doutent.

2. Comment distinguer le fantastique du merveilleux ?

Dans le récit merveilleux, le critère d’irréalité est accepté au départ. Le récit commence souvent par « il était une fois » et les personnages féeriques sont considérés sans étonnement parce que le lecteur sait qu’il est plongé dans un monde complètement différent (comme dans Harry Potter par exemple). Dans ce genre littéraire, la conclusion est souvent satisfaisante pour le lecteur et les personnages (souvent cela se termine bien). Dans le fantastique, ce n’est généralement pas le cas car la situation finale n’est pas vraiment la même que la situation initiale : quelque chose a changé.

3. Comment le distinguer de la science-fiction ?

La SF veut mettre en place un monde nouveau basé sur des découvertes scientifiques. Il s’agit généralement d’une projection dans le temps tandis que le fantastique se déroule ici et maintenant.

4. Thèmes fantastiques :

Les thèmes du fantastique sont nombreux et variés. En voici quelques-uns :

Le loup-garou, les vampires, les troubles de la personnalité, les spectres, les maisons hantées par des présences, les statues maléfiques, les demeures désertes, le diable, la double personnalité….
Revenir en haut Aller en bas
http://elhamidiafle.forumactif.org
MEHDI
Admin
avatar

Messages : 161
Réputation : 15
Date d'inscription : 17/04/2010
Age : 46
Localisation : el kala

MessageSujet: voici une nouvelle intitulée « Le train perdu ».   Mer 5 Mai - 15:37

Tiphaigne Hoof, le chef de gare, agita à bout de bras son fanal et cria par habitude « En arrière les voyageurs » tandis que le train 1815, gémissant de tous ses freins serrés, entrait en gare.
Par habitude ; car il n’y avait pas un seul voyageur sur le quai. Pas un seul ; Tiphaigne Hoof, d’un coup d’œil, le constata, non sans regret. « Ces sacrés trains de nuit ! grogna-t-il ; jamais un chat. »
Le train, cependant, avait stoppé. Tiphaigne Hoof, homme méticuleux, vérifia d’abord les signaux de queue, histoire d’être bien sûr que nul wagon ne fût resté à la dérive. Puis il marcha le long des quatre voitures – un petit train ! – du fourgon. Le fanal promené au ras du trottoir, éclairait les essieux, les châssis et les attelages. Suivant le chef de gare, l’homme d’équilibre frappait chaque roue d’un coup de marteau, pour éprouver le métal au son.
A la hauteur des machines, Tiphaigne Hoof s’arrêta pour souhaiter le bonsoir au mécanicien. Et le mécanicien répondit à Tiphaigne Hoof qu’il faisait froid – bougrement.
« Ces sacrés trains de nuit ! » redit le chef sympathique.
Et les trois minutes d’arrêt écoulées, il cria par habitude : « En voiture ! » avant de donner le coup de sifflet règlementaire. Mais, soudain, il resta bouche bée ; il aurait juré, l’instant d’avant, que le quai, d’un bout à l’autre était désert ; et voilà que deux voyageurs y avaient surgi comme d’une trappe ! Deux voyageurs, un très grand, un très petit, tous deux prêts à monter en wagon.
« En voiture ! » répéta tout de même Tiphaigne Hoof, criant plus fort. Et il s’avança car ces deux voyageurs ne se hâtaient point.
En vérité, je vous dis, c’étaient deux drôles des voyageurs ! Tiphaigne Hoof ahuri déjà de leur apparition subite et un rien mystérieuse, écarquilla les yeux en les voyant de près.
Le petit, très petit, n’avait rien de trop extraordinaire dans la figure, sauf qu’il semblait aussi vieux que le Juif errant, et que ses cheveux, longs à la mode d’il y a cent ans, lui pendaient plus bas que le col. Son accoutrement était tout à fait invraisemblable : cela comprenait un pantalon bizarre, serré aux genoux comme une culotte, des souliers à boucles, une sorte d’habit-redingotte à boutons d’argent, dont les larges basques bouffaient comme un jupon.
Ajoutez un chapeau de castor, bossué si singulièrement qu’on aurait dit un tricorne. Et le tout sentait le moisi à suffoquer. Une canne à pomme d’or parachevait la défroque, une canne plus haute que l’homme. Il s’y appuyait en la serrant à deux mains.
L’autre voyageur, le grand – très grand – était beaucoup, beaucoup plus étrange encore ; et en le considérant, Tiphaigne Hoof, chef de gare, se sentit gêné et peureux. C’était une longue silhouette tout enveloppée d’un long manteau pareil à une draperie ou à un linceul, lequel manteau traînait à terre et n’avait ni forme ni couleur qu’on pût préciser. Un capuchon – un capuchon ou une cagoule ? – cachait la tête. On ne voyait que deux yeux caves et une barbe blanche de deux pieds. Une main décharnée sortait du manteau, et touchait du bout de ses doigts blafards un bras du diable à bagages, oublié là par l’homme d’équipe – oublié bien mal à propos, pensa plus tard Tiphaigne Hoof.
Oui, oui, c’étaient deux drôles de voyageurs. Mais on n’avait guère le temps d’y penser, parce qu’il était l’heure du départ passée.
« En voiture », réitéra Tiphaigne Hoof, énergiquement.
Alors, le vieux petit voyageur se décida. Il plia sur les jarrets et sauta, par-dessus le marche-pied, dans le wagon, avec une agilité tout à fait bizarre – cependant que son compagnon, le long voyageur à longue barbe blanche, demeurait encore immobile sur le quai, sa main touchant toujours le diable oublié par l’homme d’équipe.
« Allons, monsieur, montez », dit Tiphaigne Hoof ; et il s’approcha pour aider à l’ascension.
Mais le petit vieux, déjà en wagon, cria tout à coup, d’une fantastique voix de fausset qui secoua comme des cordes de cloches tous les nerfs de Tiphaigne Hoof : « Ne le touchez pas, ha, ha, ha ! »
Et Tiphaigne Hoof, effaré, recula de trois sauts. Ce qui fit que l’homme qu’il ne fallait pas toucher monta tout seul, comme il le put.
Tiphaigne Hoof se rappela plus tard, avoir entrevu dans les plis flottants du manteau-linceul quelque chose d’aigu et de bleuâtre qui luisait comme un fer de faux…
La portière claqua, et Tiphaigne Hoof donna le signal.
La machine lança son hululement sinistre ; la vapeur fusa des cylindres ; les pistons poussèrent les bielles, et le train partit. Hors de la gare, la nuit le mangea : on n’en vit plus rien. Seul le triangle rouge des trois fanaux d’arrière, réfléchi sur l’acier des rails, scintilla encore une minute. Puis cela même disparut.
Alors, Tiphaigne Hoof, chef de gare, effaça le signal de cantonnement, puis le remit à l’arrêt, pour couvrir le train parti, comme le prescrit l’article 7 du règlement. Après quoi, il se rendit au canton précédent Voie libre, et annonça le train au prochain poste. Tout était en ordre.
Une idée cependant tracassait Tiphaigne Hoof.
Il appela le receveur.
« Japp, où allaient-ils donc les deux voyageurs de tantôt ?
- Quels voyageurs, chef ?
- Les deux… le grand et le petit… ceux du train 1815.
- Je n’ai pas donné de billet pour le train 1815, chef ! J’ai vu personne, ni grand, ni petit… »
Tiphaigne arrondit la bouche. Mais avant qu’il eût fait : « Ho », la voix de l’homme d’équipe ébranla toute la gare.
« Chef, chef ! Ah bien par exemple ! Chef ! »
Tiphaigne Hoof se précipita : « Ne gueulez donc pas comme ça ! Qu’est-ce qui arrive ?
- Chef ! Bon Dieu de bon Dieu Seigneur ! Regardez donc ça ! »
Ca, c’était le diable à bagages. Tiphaigne Hoof regarda, et, stupide, se tut…
Le diable à bagages, honnête et robuste brouette de fer forgé, neuve l’instant d’avant, n’était plus qu’un débris de ferraille, usé, rongé, rouillé – oh rouillé comme s’il eût séjourné cent ans au fond de la mer ! Les roues disloquées, les pieds tordus, les châssis en loques, tout se confondait en un décombre couleur de brique. Et un bras entier manquait, celui-là même qu’avait touché l’étrange voyageur à barbe blanche. Là où ce bras avait été, un peu de poussière rougeâtre gisait…
Tiphaigne Hoof, muet, passa sur son front moite une main qui tremblait.
Mais soudain, une secousse de tout son être le fit bondir – le fit bondir vers l’appareil de block : un pressentiment l’avait traversé comme une balle. Et devant l’appareil, il recula, terrifié : il y avait, l’œil de bœuf en faisait foi – il y avait plus d’un quart d’heure que le train 1815 était parti, et le guichet supérieur, qu’on manœuvre du poste au-delà, montrait toujours son voyant rouge : Voie occupée.
Le train 1815 n’avait donc pas encore atteint ce poste au-delà, et l’horaire témoignait qu’il eût dû le dépasser dès la neuvième minute !
Tiphaigne Hoof, le cœur comme dans un étau, lança le signal règlementaire : « Dernier train annoncé a-t-il dépassé votre poste ! »
La réponse vint, immédiate : « Dernier train annoncé n’a pas dépassé mon poste. »
Derrière le chef de gare, le receveur et l’homme d’équipe, pâles comme un linge, lurent la phrase menaçante.
« Il y a détresse », prononça le receveur, parlant bas comme dans une chambre mortuaire.
« Non, non et non ! » cria Tiphaigne Hoof, luttant contre sa propre épouvante. « Il n’y a pas détresse, pas encore. Il y a marche lente, voilà tout… »
Mais l’instant d’après, son énergie fauchée, lui-même lançait sur tout le réseau le signal définitif qui annonce les catastrophes : « Train en détresse sur voie 1 », quoique le règlement ordonne de ne transmettre ce signal que sur l’ordre écrit du conducteur-chef du train en détresse. Oui. Mais déjà, Tiphaigne Hoof savait bien, était sûr, trop sûr ! que le conducteur-chef du train 1815 n’était plus en état de donner aucun ordre, écrit ou non.
Et on attendit dans la terreur.
Quinze minutes se traînèrent. La machine de secours envoyée par la grande gare, passa en sifflant. Quinze autres minutes suivirent.
Et alors, une chose prodigieuse, fantastique, inouïe, une chose que chef de gare passé ou futur n’a vue jamais ni ne verra – survint : le guichet de l’appareil de block pivota, découvrant le voyant blanc : « Voie libre », en même temps que la sonnerie du poste au-delà avertissait : « Machine de secours a dépassé mon poste. »
Vous comprenez ? La machine de secours, lancée sur la voie du train 1815, derrière le train 1815, avait dépassé le poste au-delà, que le train 1815, lui, n’avait pas atteint ! Et la voie était libre ! Ni déraillement, ni tamponnement. Rien du tout. Rien. Simplement ceci, impossible et pourtant constaté : que le train 1815 n’était ni au-delà, ni en deçà du poste de block, et, par conséquent, qu’il n’y avait plus de train 1815…
Tiphaigne Hoof, chef de gare, ne prononça pas une syllabe. Il alla seulement regarder, très longuement, ce qui restait du diable à bagages. Le débris s’était émietté durant la dernière demi-heure. Il ne restait maintenant qu’un petit tas de rouille.
Personne, jamais, n’a plus ouï parler du train 1815. Le mystère est resté entier. Les recherches ultérieures – au bas des talus, dans la rivière et ailleurs – n’ont fait découvrir nul vestige. Une enquête spéciale, menée dans le plus grand secret, n’a donné aucun résultat.
Tiphaigne Hoof, pourtant, a constaté, lui, que du kilomètre 2304 au kilomètre 2307, les cailloux du ballast (morceaux de pierre placés sous les traverses d’une voie ferrée), gris naguère, sont aujourd’hui rougeâtres et comme poudrés d’oxyde de fer.
Tiphaigne Hoof a constaté cela. Mais, bien entendu, il n’en a jamais ouvert la bouche à âme qui vive non plus que des deux voyageurs mystérieux, non plus que du diable disparu, non plus que de Tiphaigne Hoof ne parle jamais du train 1815. Il ne s’est confié – un jour qu’il était fabuleusement ivre – qu’à moi.


Claude Farrère, « Le Train perdu », nouvelle publiée en 1928 dans L’Autre côté, Contes insolites, éditions Flammarion.


Questionnaire faisant suite à l’écoute du texte :

Où et quand se déroule l’histoire ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Un événement inhabituel vient troubler le travail du chef de gare au début du récit. Lequel ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Pourquoi le chef de gare envoie-t-il son premier message au poste suivant ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Après la réponse du poste suivant, pourquoi Tiphaigne Hoof désobéit-il au règlement en envoyant le signal de détresse ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Que représente le grand voyageur ?
……………………………………………………………………………..

Pourquoi y a-t-il des traces rougeâtres sur les cailloux ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Reste t-il une trace officielle de la disparition du train ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Quelle conclusion peut-on tirer après la passage dans les deux sens de la locomotive de secours ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………


Après cette première immersion dans le fantastique, analysons les caractéristiques de ce genre littéraire.
Revenir en haut Aller en bas
http://elhamidiafle.forumactif.org
Nedjma
Admin
avatar

Messages : 510
Réputation : 40
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Le vocabulaire de la peur   Sam 8 Mai - 9:59

Dr. Sylvain AIT AZIZOU Méthodes et techniques littéraires
1
affraid
I. Le lexique des sentiments.
a) définition du mot peur :
Sentiment pénible causé par la prévision d’un mal.
b) connaître les synonymes du mot peur et leurs définitions :
A.) Panique 1. peur irraisonnée devant certaines situations ou
certains animaux
B.) Appréhension 2. terreur soudaine et souvent collective
C. ) Trac 3. peur avant d’affronter un public
D.) Phobie 4. inquiétude obsédante, dont on n’arrive pas à se
libérer
E. ) Hantise 5. crainte, anxiété vague
c) Les autres émotions :
Lorsqu’il se passe quelque chose d’anormal, on peut avoir envie de savoir de
quoi il s’agit vraiment, on fait alors preuve de curiosité On est intrigué
Lorsqu’il se passe quelque chose de soudain, auquel on n’était pas préparé,
on peut être surpris, étonné, stupéfait.
Lorsqu’on est démuni, on ne sait plus comment réagir, on est embarrassé
Enfin, si les événements tournent mal, on peut dire qu’ils tournent au
cauchemar (adjectif cauchemardesque.)
Nous n’avons alors plus d’espoir, nous sommes désespérés
II. Les manifestations physiques de la peur
- La gorge : avoir la gorge sèche ou nouée
- Le souffle : avoir le souffle coupé
- La chair : avoir la chair de poule
- Les jambes : prendre ses jambes à son cou, fuir à toutes jambes, les jambes
coupées
- Les dents : avoir les dents qui claquent
- Le sang : avoir le sang qui se glace
- Le coeur : le coeur qui bat très fort,
- Les cheveux : avoir les cheveux qui se dressent sur la tête
- Le front : avoir le front moite, la sueur qui perle sur le front
Dominante lexique
Dr. Sylvain AIT AZIZOU Méthodes et techniques littéraires
2
- Le corps : le corps qui tremble comme une feuille, qui est secoué de sanglots…
b) Lorsque quelque chose d’absolument affreux arrive, au lieu de partir en courant, le
personnage, (la personne) reste immobile parce que…
Il est cloué sur place, il est pétrifié (comme une pierre), il se sent paralysé. (Comme un
handicapé).
c) Les couleurs particulières…
On peut être vert de peur parce qu’on a eu une peur bleue. Dans ces cas là,
notre visage blêmit devient pâle, presque blanc, voire même transparent.
d) La voix :
Bien sûr, le mieux serait de crier, voire carrément d’hurler à pleins
poumons (donc de s’époumonner). Mais bien souvent on reste sans voix. Ou l’on
parle d’une voix blanche
III. Les éléments d’ambiance
a) les bruits :
Le bruissement d’une feuille, le cliquetis de petits objets qui
s’entrechoquent, le crissement des pneus, le clapotis de l’eau, le crépitement du
feu sont autant de bruits qui peuvent devenir angoissants suivant la situation.
Un bruit strident est aigu et perçant. Au contraire, un bruit sourd est
étouffé et faible.
b) La lumière :
Les ombres et les silhouettes sont souvent mis en lumières par le clair de
lune, en effet, la nuit est favorable aux événements fantastiques,
particulièrement les nuits de pleine lune. La lumière peut également provenir
d’éclairs qui zèbrent le ciel.
Un brouillard épais empêche souvent de distinguer les choses, et s’il n’y en
a pas les lieux manquent généralement de lumière, ils sont dans l’obscurité la plus
totale, dans les ténèbres, ils sont sombres, lugubres, obscurs, sinistres….
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE VOCABULAIRE DU FANTASTIQUE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE VOCABULAIRE DU FANTASTIQUE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE VOCABULAIRE DU FANTASTIQUE
» theatre du centaure, une poésie moderne et fantastique
» Vocabulaire utilisé sur ce forum
» Le vocabulaire de la viande
» Le vocabulaire du border

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elhamidia.fle *El-kala* :: Enseignement secondaire :: classes de terminale-
Sauter vers: